Revue de presse / La Dame de la mer

 

Le Mercredi 28 mars 2012 / Les Inrockuptibles / Hugues Le Tanneur

La chanteuse Camille interprète Ellida, l’héroïne hantée d’une des pièces les plus attachantes, mais aussi les plus énigmatiques d’Ibsen. ? lire la suite…

________________________________________________

Le Samedi 24 mars 2012 / Ouest-France /

Le Théâtre des Jacobins était plein pour recevoir,  jeudi soir, une pièce d’Ibsen, « La Dame de la mer », dans une nouvelle adaptation. Superbe. ? lire la suite…

________________________________________________

Le Vendredi 16 mars 2012 / La Quinzaine Littéraire / Monique Le Roux

« Comédie du remariage »: un œuvre d’Ibsen, située entre Rosmersholm (1986) et Hedda Gabler (1890), dans le sombre cycle des douze dernières pièces ? ? lire la suite…

________________________________________________

Le Jeudi 15 mars 2012 / Théâtral Magazine / Hélène Chevrier

Ellida est l’épouse discrète du docteur Wangel. Depuis la mort de leur enfant, elle refuse tout contact intime avec son mari? lire la suite…

________________________________________________

Le Lundi 12 mars 2012 / Evene.fr / Patrick Sourd

Il était une fois une fois une jeune fille qui s’appelait Ellida. Après s’être amourachée d’un marin peu recommandable, elle fait le vœu d’attendre son retour d’une croisière au long cours pour enfin l’épouser. ? voir le lien

________________________________________________

Le Lundi 12 mars 2012 / Direct Matin

C’est dans une pièce du norvégien Henrik Ibsen, La Dame de la mer, que la chanteuse Camille s’offre son baptême du feu sur les planches. ? lire la suite…

________________________________________________

Le Dimanche 11 mars 2012 / snes.edu / Francis Dubois

Ellida était la fille du gardien de phare. Après la mort de son père, elle a épousé le docteur Wangel, un homme beaucoup plus âgé qu’elle.   ? lire la suite…

________________________________________________

Le Samedi 10 mars 2012 Marianne / Olivier Maison

Camille s’est lancé un défi artistique en interprétant le rôle principal d’une pièce d’Ibsen peu jouée en France, La Dame de la mer. ? lire la suite…

________________________________________________

Le Vendredi 9 mars 2012 / Télérama.fr / Aurélien Frenczi

Lever de rideau. Nicoals maury joue dans « La Dame de la mer ». Une présence particulière, des apparitions qu’on n’oublie pas. Niclas Maury, acteur à suivre, est Lyngstrand, aux côtés de la chanteuse Camille, dans la pièce d’Ibsen. ? lire la suite…

________________________________________________

• Le Mercredi 7 mars 2012 / Première.fr / Marie Plantin

On n’attendait pas de si tôt les premiers pas de Camille dans une pièce de théâtre, tant la chanteuse semble se consacrer toute entière à son art, avec une exigence et en engagement qui ne laissaient pas présager… ? lire la suite…

________________________________________________

• Le lundi 5 mars 2012 / L’Humanité / Marie-José Sirach

Tragédie norvégienne sur les bords d’un fjord. Contrairement à La Maison de Poupée, l’une des pièces les plus connues et montées d’Ibsen, La Dame de la mer est peu représentée sous nos latitudes moins polaires.  ? Le PDF…

________________________________________________

• Le dimanche 4 mars 2012 / Lestroiscoups.com / Lucile Féliers

«L’Éternité. C’est la mer allée avec le soleil» (Rimbaud). Claude Baqué et son équipe inondent les Bouffes du Nord d’une magnifique Dame de la mer. une immersion exaltante dans les eaux troubles de l’émancipation. ? le lien

________________________________________________

• Le samedi 3 mars 2012 / Le Journal Du Dimanche /Alexis Campion

Quand elle ne chante pas, Camille joue Ibsen. Ellida cultive une curieuse mélancolie: la nostalgie de la mer. Attirée et effrayée par le souvenir d’un amour antérieur, ? lire la suite…

________________________________________________

• Le vendredi 2 mars 2012nouvelobs.comOdile Quirot

Le cri de Camille dans « La Dame de la mer » d’Ibsen. L’attachante chanteuse de « Ta Douleur » fait des débuts de sirène au théâtre, sertie dans une mise en scène d’une grande beauté visuelle. ? lire la suite…

______________________________________________

Le jeudi 1er mars 2012 Le ParisienThierry Dague

Camille étonne encore dans « La Dame de la mer ». C’est ce qui s’appelle se jeter à l’eau. Pour ses débuts au théâtre, Camille et tous les comédiens de « La Dame de la mer » ? lire la suite…

______________________________________________

• Le mercredi 29 février 2012 / sceneweb.frStéphane Capron

Camille, mélancolique dame de la mer. Ellida (Camille) est une femme de la mer. Fille d’un gardien de phare, elle s’est mariée à la mort de son père avec le docteur Wangel (Didier Flamand), homme plus âgé qu’elle.   ? lire la suite…

________________________________________________

 

France Culture / Tout arrive

 

ÉMISSION DU 4 JUIN 2007

 

Arnaud Laporte – … Alors Eaux dormantes, de l’auteur et metteur en scène suédois Lars Norén, pièce qui a vu le jour après un lent processsus, que l’auteur a créée en novembre 2001, sous le titre de Tristano. Reprise l’année suivante, toujours par l’auteur, sous le titre nouveau d’Eaux dormantes, cette version que Claude Baqué a travaillé… et il a construit avec cette version cette mise en scène que l’on peut découvrir au théâtre de l’Athénée

Sophie Joubert – Norén est un très grand auteur, ça commence à se savoir… et on avait parlé ici même de Kliniken monté par Jean-Louis Martinelli… et cette mise en scène d’Eaux dormantes par Claude Baqué ne fait que confirmer ce qu’on savait déjà…

Alors Eaux dormantes commence comme un dîner en ville chez des bourgeois intellectuels, fauteuils design, table basse avec des restes de dîner et un miroir au-dessus en plan incliné qui fait comprendre la hauteur par rapport aux personnages en demi-cercle. C’est un peu comme si leurs doubles les surveillaient d’en haut. C’est très très étrange. L’éclairage est très sombre. Et ces personnages, ils sont très typés socialement… ils se définissent d’abord par leur fonction. Ils sont psychiatre, avocats, éditeur, journalistes… tous des nantis, sauf un : Jonas, le frère de l’un d’entre eux, qui est autiste! Ça n’est pas anodin, puisque sa maladie lui permet d’asséner comme ça certaines choses de manière obsessionnelle et d’apporter une espèce de lucidité à tout ça. Et on peut, à ces sept personnages, rajouter deux absents… des ombres… mais personnages à part entière : Jessica, la fille morte d’un des couples, qu’on verra à un moment, par le truchement d’une video. Et puis Jacob, l’ami d’un des personnages, qui a été cobaye humain dans un camp nazi, dans son enfance.

Alors tout cela est glacé, c’est chic.  Derrière les personnages un mur noir se révèle être un écran video, sur lequel sont projetés des mots, comme dans une installation vidéo d’art contemporain, des mots prononcés par les personnages, qu’on veut souligner – par exemple Bretagne, Bangkok, mais aussi Isaac Stern, Raoul Wallenberg -, et des images, donc, de cette fille morte.

La superficialité et l’esprit sont de mise, avec une pointe de vulgarité qu’on sent, comme ça, au début… et puis tout d’un coup l’une des femmes, l’une des convives nous dit : voilà, pendant les vacances, nous sommes allés à BergenBelsen! Et là tout bascule et finalement, ces sept personnages, on va l’apprendre au cours de la pièce, ont tous un lien avec la Shoah. Ils sont tous fils ou filles de déportés, ou amis de… de déportés. Et ce que pointe Lars Norén dans cette pièce, c’est le retour de l’antisémitisme, un phénomène qu’il a eu le temps d’ausculter, puisqu’il a écrit cette pièce en trois temps : 1982, 1992, et il l’a terminée…

Arnaud Laporte – En 2001!

Sophie Joubert – En 2001, oui, après le 11 septembre… je m’arrête, je vais peut-être laisser parler les autres…

Arnaud Laporte – En bonne camarade, Sophie Joubert… Patrick Sourd ?

Patrick Sourd – … Donc… oui… on est, on est dans … dans une fin de repas, mais il y a des moments où on se demande si on n’est pas peut-être sur un plateau télé, ou… dans… au purgatoire, par exemple, entre…

Arnaud Laporte – Une salle d’attente ?

Patrick Sourd – Oui, c’est une espèce de salle d’attente où ils se lèvent, mais ils reviennent, ils ne savent pas s’ils peuvent se lever, et puis, … l’écriture… de… de Norén…  travaille aussi sur la… sur la disparition de la mémoire, sur … sur les mots qu’on ne sait plus utiliser, sur… sur cet espèce d’effritement comme ça des choses qui seraient… alors c’est la représentation d’une mémoire de l’époque… tout se mêle un petit peu… puisque c’est des gens effectivement qui ont les moyens de voyager, les moyens de se promener… et, … effectivement…  c’est des… des fils et des filles de déportés, donc, le… le problème de… de la Shoah remonte en permanence, mais comme il est dit, dans une fin de repas un verre à la main, ça fait rire aussi et … je dois dire que souvent moi ces rires-là me gênent!… il se trouve que… à l’Athénée… les rires n’étaient pas gênants, et ça c’est une grande qualité que je trouve au spectacle, c’est d’arriver à faire rire sans pour autant être dans… dans quelque chose qui serait désagréable…  mais d’un autre côté… Norén, … bon c’est pas pour rien qu’il l’a montée en Allemagne… donc il y a vraiment des propos très durs sur les allemands, … et très violents quoi et… et bon ça je trouve ça c’est un petit peu gênant il y a un côté très punchy chez Norén qui… qui est provocateur, qui mélange tout et… et qui va très loin à ce niveau là et…  et donc en fait on en sort… on en sort très perturbé quand même…

Arnaud Laporte – Stéphane Grand, rapidement…

Stéphane Grand – Tout est dit. Sophie a dit tout à l’heure que Lars Norén était un grand auteur. Plus encore que Kliniken, moi c’est un texte que j’ai trouvé d’une virtuosité… mais alors au sens noble du terme, absolument étourdissante ! Arnaud, vous employiez un mot tout à l’heure au sujet de la mise en scène de Stéphane Braunschweig, le mot de contamination. Il y a quelque chose aussi, là, dans le discours, quelque chose de l’ordre de la contamination, c’est-à-dire qu’on est au départ en effet, avec ces sept personnages – vivants, ou morts, en transit, vers le purgatoire, ou on ne sait où -, dans un discours extrêmement quotidien, fragmenté, en effet, qui travaille sur la perte, l’oubli, sur la mémoire, etc… et puis l’air de rien, parce que c’est quand même un long texte,la mise en scène de… de Claude Baqué le donne en deux heures et demi de représentation… l’air de rien, eh bien, comme ça, le texte glisse vers des sujets extrêmement graves… qui ont été dits, la question de l’antisémitisme, une actualité beaucoup plus proche du 11 septembre de… de New-York. Et la façon dont c’est fait, c’est-à-dire – pour anticiper un peu par rapport au texte dont on va parler immédiatement après…

Arnaud Laporte – Anticipons très très vite…

Stéphane Grand – … tellement subtilement et avec tellement de virtuosité que, moi, c’est un texte qui m’a laissé vraiment , mais… (mot inaudible)

Arnaud Laporte –  Voilà ! Recommandations unanimes encore une fois pour Eaux dormantes de Lars Norén au théâtre de l’Athénée ! C’est jusqu’au 16 juin !

Pin It on Pinterest