Revue de presse Anatole

 

   Hervé de Saint-Hilaire / Le Figaro / Le 30 octobre 2003

Le mélancolique inconstant. Il est lâche, cynique, sentimental, jaloux, névrosé, pathétique, frivole. En un mot, éminemment sympathique. Ce « mélancolique inconstant », comme il se définit lui-même, c’est Anatole, héros, anti-héros plus exactement, de la pièce du même nom    lire la suite…

________________________________________________

  Annie Coppermann / Les Échos / Le 25 septembre 203

En huit petites scènes, dans ce qui fut sa première œuvre dramatique, l’auteur de « La Ronde », déjà, tentait d’ausculter le désir et l’amour. Une soirée d’un charme rare, avec trois remarquables interprètes   lire la suite… 

________________________________________________

  Vincent Philippe / 24 Heures Lausanne / Le 21 octobre 2003

Don Juan triste. Dès sa première œuvre dramatique, Arthur Schnitzler atteint la perfection: l’intelligence légère qui décortique les pulsions. Avec cet Anatole, bijou de la Vienne fin de siècle, Claude Baqué nous donne un spectacle jubilatoire  lire la suite…

________________________________________________

  André Lafargue / Le Parisien  / le 30 septembre 2003

Comment ne pas songer à Sacha Guitry – et le regretter- en voyant Anatole à l’Athénée ? le Casanova misogyne que nous présente Arthur Schnitzler promène en effet sa suffisance dans sept sketches (et demi) et nous entraîne dans la « ronde «  de ses conquêtes féminines, ou plus exactement, des ruptures qui s’ensuivent   lire la suite…

________________________________________________

  Gilles Costaz / Politis / Le 25 septembre 2003

La Comédie du sexe. Claude Baqué réalise une éclairante mise en scène d' »Anatole », de Schnitzler, superbement jouée par Zabou Breitmann et Carlo Brandt   lire la suite…

________________________________________________

  Arlette Frazier / Pariscope  / Le 8 octobre 2003

Vienne au tournant du siècle. C’est le temps léger de la frivolité entre Danube et Prater. Phare du Modern style et berceau de la psychanalyse, c’est aussi le temps d’une Empire qui pressent son effondrement dans une « apocalypse joyeuse »   lire la suite…

________________________________________________

  Christophe Barbier / L’Express  / Le 9 octobre 2003

Quelle belle idée que d’exhumer cette première pièce du jeune Arthur Schnitzler ! Zabou Breitmann, piquante et protéiforme incarne, acrobate, cousette ou bourgeoise   lire la suite…

________________________________________________

  Myriel Hajoui / A Nous Paris  / Le 27 octobre 2003

Quand Vienne Batifole. Avis à la population en quête d’un théâtre subtil! Cette pièce vive et dense s’ébroue joyeusement du côté de la médecine et de la poésie   lire la suite…

________________________________________________

  Cécile Pillet / Zurban / Le 8 octobre 2003

La loi du désir. Première œuvre dramatique d’Arthur Schnitzler, « Anatole « est une suite de petites pièces en un acte, traçant le parcours d’un séducteur cynique et lâche. Face à lui, les femmes de sa vie, objets d’un désir toujours renouvelé, jamais satisfait    lire la suite…

________________________________________________

  Pierre David / Réforme / Le 2 octobre 2003

De Schnitzler à Freud. Une pièce élégante où les intuitions du dramaturge viennois croisent la doctrine du père de la psychanalyse   lire la suite…

________________________________________________

  Annie Chenieux / Le Journal Du Dimanche / Le 28 septembre 2003

Variations sur l’amour. Précédant « La Ronde », la première œuvre dramatique d’Arthur Schnitzler procède par petites pièces, sept plus une, ajoutée par Claude Baqué. C’est en médecin contemporain de Freud que l’auteur observe, analyse, les mécanismes du désir   lire la suite…

________________________________________________

  Agnès Santi / La Terrasse / Septembre 2003

Claude Baqué monte Anatole d’Arthur Schnitzler, ronde joyeuse avant l’éclipse du soleil viennois, menée tambour battant par un formidable trio d’acteurs    lire la suite…

________________________________________________

  Émilie Lecanu / Le Chirurgien Dentiste / Le 16 octobre 2003

Anatole est un Dandy bourgeois tourmenté par ses amours, ses désirs. Anatole c’est la contradiction faite homme. Il est jaloux et possessif mais il réclame sa liberté.   lire la suite…

________________________________________________

  Christophe Barbier /  Théâtres  / Novembre 2003

Le désastre maquillée. L’élégance de l’abime nimbe l’œuvre d’Arthur Schnitzler. Le dramaturge autrichien (1862-1931) accompagne l’âge des empires vers sa fin, même si son théâtre des états d’âme semble bien loin des naufrages politiques    lire la suite…

________________________________________________

  Georges Ghika / Avoir-Alire / Le 8 octobre 2003

Rencontre d’un dandy viennois avec l’univers tourmenté de ses conquêtes féminines. Zabou Breitman rayonne, la distribution est au diapason. De la belle ouvrage, assurément   lire la suite…

________________________________________________

  Jean-Marc Stricker / France Inter / Le 21 septembre 2003

L’excellente Zabou Breitman et Carlo Brandt, notamment, sont les interprètes d’Anatole, une pièce rarement jouée du grand auteur autrichien Arthur Schnitzler, traduite et mise en scène par Claude Baqué.  lire la suite…

Extraits de Presse / Entre courir et voler y a qu’un pas papa

 

L’Échappée belle de Jacques Gamblin. « Je ne savais plus si j’étais encore né ou si j’étais déjà mort ». S’il fallait retenir une phrase de la pièce adaptée de son livre, Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa, que Jacques Gamblin joue jusqu’au 8 février au Théâtre de Saint Quentin-en-Yvelines, ce serait peut-être celle-là. Parce qu’entre la naissance et la mort, il y a la vie, c’est sûr. Cette vie que le personnage de Jacques tente de rattraper, à moins qu’il ne la fuie parce qu’il en a peur. Jacques ne sait plus très bien pourquoi il est. Alors il court, éperdument, sur la bande d’arrêt d’urgence où il a abandonné sa voiture. Et on le suit, dans ce monologue effréné, très joliment mis en scène par Claude Baqué. Une mise ne scène sobre, dépouillée, avec juste ce qu’il faut de décor, de bande-son, de projection vidéo. Intervenant par touches, accompagnant les courbes du texte. Comme les virgules que Jacques Gamblin injecte dans un monologue qui aborde des sujets graves, avec légèreté, et beaucoup de délicatesse.

Caroline Braud, Le Parisien – 3 février 2004

L’élan Gamblin. La beauté de Jacques Gamblin n’est dépourvue ni d’hésitation ni de fragilité. Elle s’appuie même sur l’une et l’autre, c’est un muscle qui vacille. Son nouveau et second spectacle met en scène, comme le précédent, un homme qui se raconte, ou plutôt s’ébauche, à travers son corps en action. ?Dans Le Toucher de la hanche, écrit en 1997, il était danseur. Cette fois, il est marathonien. Toujours seul sur scène, il dégurgite comme un adolescent gracieux et gêné ce texte assez autobiographique. Il le dit sur une «quatre voies» de traviole, ondulant comme sous l’effet d’un alcool ou d’un tremblement de terre. L’existence a de ces dos-d’âne et Gamblin a quelques raisons d’être perturbé : sa fille naît, son père meurt. Entre les deux, il court, il court, du kilomètre 271 au kilomètre 313. Un marathon vers la Normandie natale qui n’achève ni ses chevaux ni ses rêves, mais les perturbe de manière sensible et subtile.? Aérien. Tout commence par l’histoire d’un homme qui trouve que sa voiture porte à droite. Il est le seul. Ni le garagiste ni sa femme ni ses amis, n’éprouvent la même chose que lui. Il est comme le personnage d’un roman d’Emmanuel Carrère, qui croit s’être rasé la moustache, mais s’aperçoit que personne autour de lui ne l’a jamais vu avec. La comparaison s’arrête là. L’homme à la moustache s’enlisait dans un malaise ne pouvant ouvrir que sur la folie et la mort. L’homme de Gamblin est plus aérien, presque naïf. Sa faiblesse face aux bouleversements intimes le saoule de perceptions. Il court seul sur la route dans la nuit. Il devient violent avec ceux qui le contrarient. Il ne sait plus vraiment quel est le sens de la course. Mais, finalement, il s’en sort : la grâce est la plus forte. ?Nuages de mots. Jacques Gamblin ne dit pas son texte : il le lâche en riant, en pouffant, en soufflant, comme si les mots intimidaient son existence. Le décor d’une route qui déraille est bien utilisé. L’acteur s’allonge sur les ondulations. Il s’installe dans un trou au sommet d’un mamelon. Il fait reposer son corps sur un seul bras, le long d’une pente. Il se dénude peu à peu, tous muscles dehors, comme pour renaître en compagnie du vivant (sa fille) et du mort (son père).? Le texte n’est pas linéaire mais brossé, guidé et haché par les impressions, les souvenirs, les angoisses. Le corps est traversé par ces nuages de mots, sans autre logique que celle du coeur. Il ne faut pas chercher à tout saisir, à tout mettre en ordre. Simplement suivre l’homme en spectacle dans ses détours et jusque dans ses ratés. La beauté est imparfaite, Gamblin aussi, tant mieux.

Philippe LANÇON, Libération

 

Il n’est que légèreté, envol. Il n’est que grâce, allant. Il a le délié nerveux des athlètes. Il court, il file (…). C’est saisissant, Jacques Gamblin auteur et acteur est un enfant de Raymond Devos. C’est la même poésie, la même humeur de jongleur, la même époustouflante virtuosité (…). C’est fluide et enlevé, moiré. Un enchantement, de cocasserie à profonde émotion, de rire franc à sourire, et jusqu’aux larmes tant il y a dans ce Gamblin des ferments de chagrin qui n’interdisent pas la joie pourtant… On aimerait demeurer longtemps encore avec lui. On devine les rayons du soleil…

Armelle Héliot, Le Figaro

 

Des kilomètres avant l’âge d’homme Trop-plein. Dans Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa, Jacques Gamblin nous touche avec son texte, où l’acte de courir évince l’angoisse. Quand il ne descend pas en courant les gradins jusqu’à la scène, une route artificielle, bitume, bosses et bandes blanches, Jacques Gamblin raconte ses heures passées à courir. Une course compulsive, de fond. Entêtant est ce besoin de courir et, tout autant, celui de comprendre pourquoi.?Le spectacle Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa est d’abord un roman révélant une sensualité intuitive du langage. Et une cocasserie jumelée à l’angoisse. L’auteur-comédien y avance un peu au fil de la plume. Ses mots, loin de la phrase classique, courent eux aussi comme pour laisser de la page aux suivants. « Courir comme on pense », lit-on.

Aude Brédy, L’Humanité

 

La course de la vie racontée par Jacques Gamblin, un régal ! Voilà un homme jeté dans la course de la vie, une quête mêlée de joies et de douleurs, de vie et de mort, un élan éperdu profondément habité et porté par les êtres aimés. Le père, qui parle très peu, la femme, prête à accoucher, et l’enfant à naître. Le texte écrit et interprété par Jacques Gamblin montre le corps et l’esprit en mouvement, sur un ruban d’asphalte factice astucieusement bosselé. Par monts et par vaux, sur la bande d’arrêt d’urgence de l’autoroute, l’homme né près des dunes et de l’herbe grasse qu’on imagine normandes court. Entre chien et loup, il raconte sa vie, et même la vie tout court, entre tendres fulgurances, rancoeurs passagères et acceptations fondamentales – par exemple la volonté d’être père. Il nous dit d’ailleurs que 8700 femmes accouchent toutes les heures sur terre, ce qui est peut-être vrai. ?13435 heures assis à écouter les maîtres et les professeurs Les questions fusent, les réponses se bousculent, et le jeu inventif de l’acteur traduit à merveille comment les nouvelles du monde rebondissent sur l’homme, depuis les rendez-vous ratés de l’enfance, jusqu’au désir de réussir et de maîtriser les lignes qu’il doit franchir. Il a passé 13435 heures assis à écouter les maîtres et les professeurs (« peut mieux faire » , résume-t-il sobrement). Le spectacle parle à tous les publics, mais ne sombre jamais dans la guimauve ou les clichés. Car l’athlète en lice sait faire surgir des bribes de poésie et de rêve au cœur du réel, il a du souffle, du rythme et du répondant. Qui dit course pense aussi début et fin, mais le bonheur ou plus simplement la finalité de l’action se confond ici avec la maîtrise de soi et la richesse de l’imaginaire, avec l’effort même du coureur qui est la véritable raison de la course. Comme un rite initiatique joyeux pour masquer la noirceur du monde, pour dépasser ses peurs et accepter de vivre au mieux, malgré les proches qui sont partis.

Agnès Santi, La Terrasse

 

Un enfant de haut vol Il est unique. Il écrit comme il respire, il joue comme il court. Un athlète. Un affectif. Un ultra-sensible. Jamais sans doute il n’avait donné au public le plus large autant de preuves de la force de sa personnalité et de l’audace de ses propositions.?ICI, dans ces colonnes, on le disait depuis longtemps. Alors on est content : Jacques Gamblin est un enfant de haut vol. On pense, et on ne craint pas de l’écrire, qu’il est un rejeton de Raymond Devos. On prend cette évidence de plein fouet en découvrant et le texte, et l’interprétation, et la mise en scène. (…) Dans un décor de route bitumée (Alain Burkarth), avec ses signalisations au sol, Jacques Gamblin va son texte avec la fraîcheur d’un innocent qui raconterait ses aventures sans prendre la mesure de leur démesure… On le suivrait au bout du monde ce personnage un peu paumé, cet ahuri, ce désarmé-désarmant. Et l’on suit Jacques Gamblin, fin, délié, nerveux, un être tout en haute souplesse, en muscles longs, en charme. Ses radieux sourires, son élégance, la précision de son interprétation musicale, au soupir près.?On ne parle pas du fond. ?On vous laisse découvrir ce très original poète du quotidien qu’est Jacques Gamblin. Sa capacité de faire du plus prosaïque, quelque chose qui flambe et nous transfigure. A la fin, sous la couverture de survie fine comme du papier à chocolat et dorée comme les rayons du soleil qu’il contemple, vieux sage, vieil indien, on n’a qu’une envie. Rester là, ne pas rompre le charme.

Armelle Héliot, Le Quotidien du médecin

 

Seul sur scène, Jacques Gamblin mime une course interminable pendant 1h30 où il déroule au rythme de ses foulées, les événements de sa vie, la perte des êtres chers, les joies et douleurs du quotidien, les horreurs des voitures qui tirent à droite, la peur obsessionnelle, la naissance d’un enfant…?Réel et imaginaire s’entremêlent dans un texte plein de poésie et d’humour où Gamblin , corps et esprit toujours en éveil s’interrogent sur tout ce que l’on fait sans y penser, sur la nécessité (est-ce si nécessaire ?) de passer 13 435 heures assis à écouter maîtres et professeurs… « Peut mieux faire  » conclut-il.?L’effort du coureur, véritable raison de la course, est un rite pour dépasser ses peurs et accepter la vie telle qu’elle est. Avec l’humour si particulier de Jacques Gamblin, le spectateur rêve au cœur du réel.?L’effort de l’athlète mène à la maîtrise de soi et à l’acceptation de la perte des êtres aimés. Tout en courant, Gamblin raconte sa vie, rêve et vocifère, prenant son public à témoin des incongruités ou des beautés de la vie.?Très poétique, plein d’humour.

Jeannine Schneider, Exit Paris

Extraits de presse Anatole

img032
Anatole d’Arthur Schnitzler

Extraits de presse

(télécharger le pdf)

 

« Une intelligence féroce, désespérée, mène cette plongée dans les désaccords inguérissables de l’amour et du sexe, ce voyage au bout de nos nuits, où les femmes sont finalement meilleures que les hommes. Le spectacle de Claude Baqué épouse cette intelligence avec une joie théâtrale exceptionnelle. De cette grande soirée, on sort saisi par un bonheur noir. »

Gilles Costaz, Politis – septembre 2003

« Commençons par l’essentiel : ce spectacle est un régal de tous les instants. La pièce parle de l’inconscient, le fait consister plutôt et, sans aucun souci pédagogique, décrit de façon aérienne et enjouée, un peu triste parfois (il y a du Ibsen chez Schnitzler mais aussi du Tchekhov), la malédiction de l’hystérie et de la compulsion de répétition. Anatole (Carlo Brandt, parfait) aime les femmes, les filles des faubourgs, les bourgeoises mariées, les élégantes ou les danseuses de cabaret. Évidemment, il s’ingénie à tout faire échouer pour mieux jouir de son malheur, éternelle stratégie du névrosé. »

Hervé de Saint Hilaire, Le Figaro – septembre 2008

« Ce fut sa première œuvre dramatique, publiée en 1892. Un ensemble, déjà, de petites scènes, comme « Le Ronde ». Claude Baqué, qui les a traduites et qui les met en scène, dans un décor très sobre, presque nu, en conserve la référence fin de siècle, via les costumes, en cisèle la langue, superbe, raffinée, en ralentit un peu, juste assez, le rythme, pour qu’une distanciation un rien mélancolique puisse s’installer. Et dirige un éblouissant trio de comédiens qui donnent à cet ensemble sans autre lien apparent qu’une atmosphère, celle du désir, et qu’une même vérité, celle de la difficulté d’aimer, une élégance un peu désuète étrangement fascinante. Une soirée au charme rare, un peu exigeant, dont on se souviendra comme d’une belle chose. »

Annie Coppermann, Les Échos – 25 septembre 2003

« Claude Baqué, qui a traduit la pièce, la met en scène dans un décor dépouillé et une atmosphère élégante, un brin désuète. À l’affiche, un trio d’excellents comédiens. Jacques Denis, l’ami fidèle ; sage, souvent moqueur. Carlo Brandt, que l’on n’attend pas dans ce rôle d’homme blessé, perturbé, et Zabou Breitman. Dans de ravissants costumes, elle est radieuse, mutine, enjôleuse et jalouse, pleine de charme. Mêlant mystère et séduction, chacune de ses apparitions est un vrai bonheur.

Arlette Frazer – le « choix »  de Pariscope – 8 octobre 2003

« Avec cet Anatole, Claude Baqué nous donne un spectacle jubilatoire. Appuyée sur un décor épuré et des costumes élégants, sa mise en scène braque une lumière subtile sur la mécanique cruelle de Schnitzler. »

Vincent Philippe – 24 heures Lausanne – 21 octobre 2009

« Le décor, obscur et sobre, rejette l’anecdote au profit du « théâtre mental », mais les costumes ancrent la pièce dans son espace-temps, juste tension entre l’universalité d’une parole sur le désir et les déterminations culturelles du moment. Au final, une proposition théâtrale brillante. »

Pierre David – Réforme – 2 octobre 2003

« L’inconscient, le jeu subtil entre les illusions et la vérité, le reflet des images intérieures jouent un rôle considérable. Le décor tout en sobres reflets de Matthieu Ferry, qui signe aussi les très belles lumières, participe de cette volonté d’aller au-delà du miroir, au-delà des typologies faciles… Une très belle pièce, où les faux-semblants, l’hypocrisie, la jalousie et l’amour-propre montrent tout ce dont ils sont capables pour compliquer la quête du bonheur. Dans Vienne brillante mais déjà aux portes d’un autre monde. »

Agnès Santi – La Terrasse – octobre 2009

« Zabou Breitman est à elle seule un orchestre de musique de chambre. Demi-mondaine ou mondaine entière, file de joie devenue profonde, acrobate, danseuse, femme adultère, russe envahissante, chaque fois, cette comédienne exceptionnelle construit un être complet, complexe, avec ses doutes, ses contradictions, ses stratégies, ses douleurs, ses non-dits. Et, pour conclure, une bouleversante sagesse féminine, en avance sur son temps, et sur le nôtre, encore. »

Jean-Marc Striker – France-Inter – 21 septembre 2008

« Belle scénographie de Matthieu Ferry, dont chaque changement de tableau évoque un cadre de Klimt, atmosphère fin de siècle, cet Anatole, rarement joué, vaut par son élégance mélancolique. »

Annie Chenieux – Le Journal du Dimanche – 28 septembre 2003

« Filant les traces d’une ronde de personnages pris dans un entrelacs d’imbroglios sentimentaux, Anatole fait constamment émerger le léger  tremblement des choses et des êtres, les troubles d’une impossible union du féminin et du masculin. Claude Baqué capte ce bouillonnement de vie à la volée de scènes superbement agencées : avec un sens remarquable des temps et des contretemps et de l’agencement dramatique, le metteur en scène nous fait découvrir peu à peu l’écheveau des désirs, des doutes qui les unissent, de petites trahisons et manipulations qui les désunissent. Grandes qualités esthétiques (lumière et décor de Matthieu Ferry), aphorismes caustiques, texte brillant sculpté à l’ébauchoir : le spectacle appelle tous nos bis. »

Myriem Hajoui – A nous Paris – 27 octobre 2003

Pin It on Pinterest